0698823944 info@fidl.org
Texte signé aux côtés des Jeunes Ecologistes, des Jeunes Générations, des Jeunes Insoumis-es, de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, du Mouvement des Jeunes Communistes de France, de L’Alternative, du NPA Jeunes, des Jeunes du Parti de Gauche, de l’Union des Etudiants Communistes, de l’UNL et de l’UNEF

La Loi de Programmation de la Recherche vient d’être reprise par la commission mixte paritaire, et sa
forme actuelle devrait être la version finale du projet de loi. Celle-ci comprend des attaques contre monde
de la recherche, et elle compte pénaliser le mouvement étudiant de manière inédite.
L’amendement n°147
issu du Sénat introduit un nouvel article dans le code pénal qui concerne exclusivement l’enseignement
supérieur : « Art. 431-22-1. – Le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement
d’enseignement supérieur sans y être habilité en vertu de dispositions législatives ou réglementaires ou y
avoir été autorisé par les autorités compétentes, dans le but d’entraver la tenue d’un débat organisé dans
les locaux de celui-ci, est puni d’un an d’emprisonnement et de 7 500 € d’amende. »

La commission mixte paritaire a élargi le champ de la pénalisation avec l’article 20AA, en allant
plus loin sur « le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement
supérieur sans y être habilité […] ou y avoir été autorisé […], dans le but de troubler la tranquillité ou
le bon ordre de l’établissement ». Les peines pour les délits ciblés pouvant alors aller jusqu’à 3 ans
d’emprisonnement et 45 000€ d’amende
, si ces derniers sont « commis en réunion ».

Il s’agit d’une attaque sans précédents contre les mobilisations des étudiant·e·s et des personnels
enseignants ou non des universités, qui vise à judiciariser tous types d’actions sur la base de critères
extrêmement flous, conférent aux préfectures et aux présidences d’universités un pouvoir répressif hors
norme.
Dans un contexte de crise économique sans précédent, dont les jeunes sont parmi les premier·ère·s
à faire les frais avec l’augmentation accru du chômage, le gouvernement entend limiter les mobilisations à
venir.

Ce projet de loi s’inscrit dans une série de mesures des plus anti-démocratiques, à l’image de la
proposition de loi relative à la sécurité globale, qui entend interdire la diffusion d’images de violences
policières
«dans le but de porter atteinte à l’intégrité physique et psychique» (formulation ambigüe qui
ouvre la porte à des dérives), sans lesquelles ils n’auraient pas été possible de faire jour sur le scandale
de l’affaire « Benalla », sur les violences dont on fait les frais les Gilets Jaunes en 2018, les victimes de
violences policières comme en 2016 et les habitant·e·s des quartiers populaires. Alors que des centaines
de milliers de jeunes se sont mobilisés en juin contre les violences policières, dans le sillage de la grande
mobilisation qui a secoué les États-unis après la mort filmée de George Floyd entre les mains de la police,
la proposition de loi relative à la sécurité globale constitue une grave attaque de nos droits les plus
élémentaires.

Alors que ces deux lois sont discutées au Sénat et à l’Assemblée Nationale, la police a violemment
réprimé les lycéen·ne·s mobilisé·e·s avec leurs enseignant·e·s pour des protocoles sanitaires stricts dans les
établissements scolaires. L’ensemble de la jeunesse et de la société sont concernées par ce renforcement
autoritaire et anti-démocratique.
Nous avons le devoir de nous y opposer et de nous mobiliser lorsque nos
droits sont remis en question.

Nous appelons à rejoindre le rassemblement à l’initiative d’associations de défense
des droits de l’Homme, humanitaires, collectifs, partis et syndicats le samedi 21 novembre,
parvis des droits de l’homme, Trocadéro.